Quelques symboles qui peuvent vous apporter protection

Dernière mise à jour : juin 8

La protection spirituelle consiste à se protéger contre les forces mystiques, les esprits mauvais ou le mal. Elle opère sur le plan spirituel (l’esprit et l’âme) mais elle agit aussi sur le plan physique (le corps). Ainsi pour se protéger, de nombreuses personnes ont recours à diverses techniques. Certains se protègent par la prière tandis que d’autres utilisent des signes ou des symboles de protection. Ces symboles sont nombreux. En connaissez-vous certains ? En voici quelques-uns des plus connus. Allons enquêter sur leur origine, leur histoire et sur leur signification. La notion de protection spirituelle est universelle car ces symboles existent dans plusieurs cultures.






Qu’est-ce qu’un signe de protection ?


Un signe de protection ou un symbole de protection est soit un signe soit un objet qui permet de se protéger contre les mauvais esprits, la malchance, le mauvais œil ou encore les mauvaises intentions… On trouve une diversité de signes et de symboles de protection à travers le monde. Les Hommes s’en servent depuis des millénaires.


Le pouvoir de protection de ces symboles repose sur de nombreuses choses à commencer par la croyance que nous accordons à leur pouvoir de protection. Ces symboles ne sont pas des signes religieux mais plutôt des outils renvoyant au domaine de la spiritualité. Ils ont très souvent une origine légendaire ou mythologique et, ont tous une signification particulière. Par exemple, dans certaines cultures comme les cultures nordiques, précisément chez les Scandinaves, une croix gravée sur un objet, sur le seuil d’une porte, sur des encadrements de fenêtre, sur des bancs, des chaises, des tables… empêchait les puissances maléfiques ou les trolls d’entrer dans cette maison pour nuire aux hommes, aux animaux et aux biens qui s’y trouvaient.


Pourquoi avoir recours à ces symboles ?


Le malheur est bien présent dans la vie de tous les jours. Certains le sentent arriver à travers des ondes négatives, des intentions funestes… On ressent plus les effets du mal qu’on ne les voit mais il arrive aussi que certains voient un objet ou que l’on entende un son qui prélude un événement malheureux. Quelquefois, le manque d’attention et de ressenti nous rend tout simplement aveugles face à ces manifestations. Alors pour se protéger du mal et de ses effets, on peut utiliser certaines armes qui ne coûtent rien. Certains se protègent en portant des bijoux ou des amulettes qui représentent les symboles de protection. D’autres portent sur eux des porte-bonheurs c'est-à-dire des objets qui ont manifesté dans le passé leur pouvoir de protection.



Les symboles de protection les plus connus


Comme nous l’avons précisé, ces symboles sont propres à chaque culture mais aujourd’hui, on les retrouve un peu partout, pas uniquement dans leurs cultures d’origine. Certains de ces symboles comme l’œil d’Horus ou la Triskèle sont plus connus que d’autres. Nous avons fait le choix de revenir sur trois symboles connus en présentant leur origine et leur signification.


Le nœud celtique


Le premier symbole de cette liste est le nœud celtique. Il est représenté par plusieurs boucles qui s’entrelacent. Comme son nom l’indique, ce nœud puise ses origines dans la culture celtique. Dans les années 450 après J.-C. les celtes ont commencé à représenter ce symbole sur les œuvres d’art, les murs, les mosaïques… On retrouve également des représentations du nœud celtique dans l’architecture et dans des livres illuminés de l’empire byzantin. Par ailleurs, on retrouve ce même type d’illuminations dans l’art éthiopien et dans l’art islamique de la période médiévale. Certains symboles peuvent voyager d’une culture à une autre.


Le nœud celtique revêt plusieurs significations. Par exemple, l’entrelacement à répétition de ses boucles représente l’infini. En effet, ce nœud composé d’un seul fil forme des boucles de sorte qu’on ne sache où commence et où s’achève le travail. Mais, le nœud celtique est aussi un symbole de protection contre les ondes négatives, la malchance et les forces du mal. On peut le porter sous forme d’amulette ou de bijou. Certaines personnes l’ont sous forme de tatouage.


La Hamsa



La Hamsa est aussi un symbole de protection bien connu. Elle est représentée comme une main à cinq doigts avec un œil au centre de sa paume. Le mot « hamsa » vient de l’arabe et signifie littéralement « cinq » pour désigner les cinq doigts d’une main. On l’appelle aussi la Khamsa ou la main de Fatma. Fatma ou Fatima est le nom de la fille de Mahomet, dernier prophète dans la religion musulmane. Il existe plusieurs histoires sur l’origine de ce symbole mais elles sont peu connues ou assez confuses. Ainsi, pour les uns, cette main de cinq doigts collés représente la main de Fatma. Pour les autres, elle représente la main de Marie, la mère de Jésus. Par contre, chez les Juifs, la même main représente celle de Miriam, la sœur de Moïse.


En ce qui concerne sa signification, tout le monde s’accorde à reconnaître que la Hamsa est un symbole de protection dont l’efficacité remonte à plusieurs millénaires. De plus, le nombre cinq auquel elle renvoie symbolise la bonne fortune et la protection. La Khamsa est utilisée comme porte-bonheur et protège contre les forces du mal. Une légende rapporte que si quelqu’un vous souhaite du mal ou agit dans le but de vous nuire, la Hamsa déploiera toute son énergie pour neutraliser son pouvoir néfaste. Chez les bouddhistes, la main de Fatma liée aux chakras déploie des énergies positives dans le corps pour guérir les maux du corps et de l’âme.


L’attrape-rêve


Le troisième et dernier symbole que nous avons retenu est l’attrape-rêve qu’on appelle aussi la toile d’araignée capteur de rêves. Il trouve son origine dans la culture amérindienne. De nos jours, on en trouve de plus en plus sous forme de bijou pour les oreilles et pour le cou. L’attrape-rêve est composé d’un cercle avec, à l’intérieur, des fils tissés à la façon d’une toile d’araignée. Une perle est placée au centre de la toile apparente tandis que des plumes, des perles ou des rubans sont attachés sur la partie basse du cercle.