• L'Atelier de l'Invisible

Comment développer ses compétences émotionnelles ?

Selon Howard Gardner, psychologue américain, l’être humain a plusieurs types d’intelligences qu’il désigne sous le terme de « bouquet d’intelligences ». Chaque individu exprime plus ou moins ce bouquet en fonction de sa nature, de l’éducation qu’il a reçu, de l’environnement dans lequel il évolue… C’est ainsi que certaines personnes possèdent des compétences relationnelles qui leur permettent de nouer facilement des liens avec leur entourage : il s’agit de l’intelligence émotionnelle ; tandis que d’autres sont dotés d’un grand sens de la logique (intelligence logique ou logico-mathématique).


On compte, entre autres, l’intelligence spatiale, l’intelligence verbale et l’intelligence du corps. L’intelligence spatiale est une forme d’intelligence qui requiert de la créativité, le sens de l’initiative et de l’audace. L’intelligence verbale ou linguistique pacifie les relations et assoit un leadership. C’est celle dont sont dotés les grands orateurs : la rhétorique. L’intelligence du corps permet de conjuguer assurance et sens du contact, plus on s’épanouit dans son corps, plus on acquiert de l’assurance. C’est un atout important pour les professionnels qui sont régulièrement en contact avec le public. Dans cet article, nous nous focaliserons sur les deux premiers types d’intelligences que nous avons présentés : les intelligences émotionnelle et logique.



Différence entre intelligence émotionnelle et intelligence logique ?


Quels sont ces deux types d’intelligence ? L’intelligence émotionnelle également connue sous l’expression « compétences émotionnelles » désigne la capacité à identifier, à comprendre, à exprimer, à gérer et à utiliser ses propres émotions et celles des autres tandis que l’intelligence logique ou logico-mathématique est la capacité de logique, d’analyse, d’observation mais aussi celle de résoudre des problèmes.


Les compétences émotionnelles jouent un rôle important dans la santé mentale et physique mais aussi dans la performance au travail et dans les relations sociales. Selon Daniel Goleman, un auteur et psychologue américain, l’intelligence émotionnelle est « la manifestation concrète de certaines compétences (…) en temps voulu, de manière adéquate et proportionnée afin d’être efficace dans une situation donnée ». Les compétences émotionnelles ne sont pas des aptitudes innées mais plutôt des « capacités apprises qu’il faut développer et perfectionner afin de parvenir à un rendement exceptionnel » dans la vie professionnelle mais aussi dans la vie personnelle.



Les cinq composantes de Goleman

Daniel Goleman classe ces capacités en cinq composantes : la conscience de soi et la capacité à comprendre ses émotions, l’autorégulation ou la maîtrise de soi, la motivation interne, l’empathie et les aptitudes sociales. Ces cinq composantes se déclinent en 25 compétences émotionnelles qui, selon Goleman, produisent une performance professionnelle hors du commun. Il est rare de trouver une personne qui possède ces cinq composantes réunies. Ces compétences sont indépendantes les unes des autres car elles apportent une contribution unique à la dynamique d’une entreprise. Mais, elles sont aussi interdépendantes car il existe des interactions entre certaines de ces compétences. Enfin, ces compétences émotionnelles sont hiérarchisées. En effet, les capacités d’intelligence émotionnelle se construisent les unes sur les autres. Par exemple, pour développer la maîtrise de soi et l’empathie, il est crucial d’avoir déjà la conscience de soi. De même, la maîtrise de soi et la conscience de soi aident à développer la motivation. Enfin, les quatre compétences que nous avons citées contribuent à développer des aptitudes sociales.


La différence avec l’intelligence logico-mathématique réside dans le fait que cette forme d’intelligence participe à la prise de décision et à l’analyse notamment celle des causes et des conséquences d’un fait. Une personne dotée de cette intelligence est apte à émettre des hypothèses, à comprendre des phénomènes complexes et à manipuler des chiffres et des opérations mathématiques. C’est de ce type d’intelligence dont nous faisons preuve lorsque nous réagissons de manière rationnelle face à une situation, difficile ou pas. L’intelligence logique fait donc intervenir, comme son nom l’indique, la logique, la raison, le raisonnement. Face à une situation, elle appelle à l’analyse, à la dissertation intellectuelle. Les professions qui nécessitent et développent ce type d’intelligence sont les métiers liés à la science comme l’informatique, les mathématiques, la médecine…



Quelles compétences développer quand on a plutôt un intellect émotionnel ?


L’intelligence émotionnelle, comme nous l’avons dit en amont, correspond aux compétences émotionnelles. Certains l’appellent le « quotient émotionnel » ; il s’oppose donc au « quotient intellectuel ».


Des études révèlent que les personnes dotées d’un quotient émotionnel élevé ont plus de chance que d’autres de briller dans certains domaines d’activité, en particulier, ceux qui nécessitent de gérer ou de diriger des équipes. Ainsi, un manager avec un QE élevé a de fortes chances de se faire apprécier de son équipe et d’en tirer le meilleur. En effet, ce manager doit développer des qualités (nous les avons évoquées en amont) qui lui permettent de connaître et de gérer son état d’esprit interne, ses impulsions et ses ressources (conscience et maîtrise de soi), de guider ou de faciliter son travail et celui de son équipe pour atteindre les objectifs visés (motivation), d’avoir conscience des sentiments, des besoins et des préoccupations des autres (empathie) et d’avoir la capacité d’induire des réponses favorables chez les autres c'est-à-dire, les influencer de manière positive (aptitudes sociales).


Travailler ses compétences émotionnelles

Il est important de développer ces compétences pour acquérir ou pour augmenter son intelligence émotionnelle. Certaines personnes possèdent certaines de ces qualités de manière naturelle, elles sont ainsi depuis leur naissance. Mais ce n’est pas le cas pour tout le monde. Néanmoins, il n’est pas impossible de les acquérir. Par exemple, un manager qui n’a aucune ou qu’une seule de ces compétences peut travailler sur son caractère de sorte qu’il les acquière au fil du temps. Pour ce faire, il faut, dans un premier temps, s’interroger sur soi-même, identifier ses forces et ses faiblesses, ses atouts et ses failles et faire le même exercice sur ceux qui sont autour de nous. Pour y parvenir, il est très important d’avoir confiance en soi, de faire preuve d’un grand sens de l’observation et de développer sa capacité à analyser sa propre attitude et la réaction des autres dans diverses situations.

Faire preuve de franchise avec soi

Il faut également faire preuve de franchise et de clairvoyance vis-à-vis de soi-même et des autres, se poser quelques fois des questions qui embarrassent. Ça nous arrive d’éviter de nous poser certaines questions car nous savons que les réponses ne nous plairont pas toujours, ou qu’elles nous forceront à prendre des décisions que nous ne sommes pas prêts à prendre. N’hésitez surtout pas à le faire car cela est un bon exercice pour développer ses compétences émotionnelles.


Gérer ses émotions

Ensuite, il faut apprendre à gérer ses émotions (colère, impulsivité, gentillesse excessive…) et à inspirer de la confiance aux autres par une attitude honnête, engagée et responsable. Il faut aussi faire preuve d’adaptabilité, pouvoir accepter de nouvelles idées, saisir de nouvelles opportunités et être ouvert à des approches différentes des vôtres. Enfin, il faut porter de l’intérêt aux autres et ne pas feindre cet intérêt tout simplement. Cet exercice peut s’avérer très difficile mais là encore il y a des moyens pour y parvenir. Si votre mémoire vous joue des tours, pensez à noter les informations importantes sur les personnes qui sont autour de vous, par exemple, soulignez l’anniversaire d’un de vos collaborateurs sur un calendrier. Il sera certainement touché que vous vous en souveniez.


La liste des compétences que nous avons citées n’est pas exhaustive. Il y a beaucoup d’autres compétences qui développent l’intelligence émotionnelle, des compétences qui sont plus faciles à acquérir et à développer que d’autres, en fonction du caractère de chacun.


Posts récents

Voir tout

© 2012 - 2021 par EM CONSULTING - Toute reproduction interdite.

SIRET : 751 973 868 - EM CONSULTING RCS LORIENT - CGVU - Mentions légales